UneTortue

Voici le blog officiel du dix-neuf et de tout ses supporter!

03 mars 2010

Parce qu'elle le vaut bien.

bris

Le monde éclate sous le chant des morts, voix stridentes et distordues.

Déjà les fragments retombent dans un bruit de crécelle; c'est la fin. On n'est pas comme ça. Un nouveau monde se lèvera (peut-être? Surement?). Il ne nous aura pas manqué.

Mais qu'y a-t-il derrière le monde, quand celui-ci vole en éclat? On se lassera vite de considérer les fragments qui retombent tels ceux d'une paroi de cristal. On vaudra autre chose. Plus loin, plus vaste, plus grandiose. Voir loin, voyager vite. Si le monde vole en éclat, ira-t-on plus loin, où volons-nous en éclat avec lui? Visage fracturé, rictus déformé. Les morts sont debout et marchent – plus pour longtemps.

Et ceux rongés par les vers, dans quel états se relèvent-ils? Chair putréfiés, orbites caves. Si appétissant qu'on en mourrait. Seul le son sourd d'une basse résonne dans le lointain.

(tien, elle est nouvelle, elle; mais elle n'as pas finit de faire son apparition)

C'est dire. C'est tant dire. Tout se mêle. Mais au milieu, il y en a une qui est resté stable, entière. Une tortue. Elle marche, délicatement, aux milieux des bris de verres. Sur les milieux des bris de monde

(verre)

Oui, c'est apparenté. Précautionneusement, délicatement, elle continue sa route.

Stable.

Immuable.

Mais voilà que tout s'emballe. La révolution des morts l'indiffère, mais la rattrape. Elle souhaite s'échapper, mais préfère ne pas se hâter. Les morts aussi peuvent se briser en éclats, et leurs fragment peuvent joncher le sol de l'univers tout comme le monde des vivants gis au sol de l'univers. Au Saule de l'univers. Si elle se hâte, elle pourra elle aussi voler en éclat. Et, même si elle ne redoute pas cet état de fait, elle préfèrerait l'éviter. Mais les fragments de monde se refusent au silence et à l'immobilité. Après tout, pourquoi chaque partie ne pourrait se mouvoir indépendamment du reste? C'est simple et sain. La tortue continue d'avancer. Voyant la mobilité conservée des bris de morts, les morts décident d'accélérer; après tout, même en éclat, on continue de bouger. Le jeu en vaut la chandelle, et les pertes sont minimes. La tortue n'est pas dupe; même si els morceaux bougent encore, ça reste des morceaux. Demandez à la queue d'un lézard si elle est heureuse une fois séparée de son corps. Ca reste à prouver. De plus, un fragment d'image qui bouge dans un fragment de monde ne bouge pas dans l'absolu; même s'il se déplace par rapport au fragment, dans le fragment, le fragment ne bouge pas et il reste cloué au sol comme un pénitent sur la croix. Si Jésus avais été décapité, ce serait-il relevé avec sa tête sous le bras? Demandez aux morts. Bref. La tortue continue d'avancer pas à pas, tandis que les morts volent en éclats derrière elle. Les éclats restent au sol; c'est la révolution des morts qui avorte. La tortue, elle, continue. Plus rien ne l'arrêtera, désormais, elle est en marche.

Vers l'arrière-coulisse des mondes.

Posté par Paskaven à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

© UneTortue.canalblog.com | 2008 | Tous droits réservés